Budget 2016 de la ville d’Ermont

Intervention de Nicolas Tcheng en conseil municipal sur le débat d’orientations budgétaires pour 2016 :

Monsieur le Maire,

La baisse des dotations sur plusieurs années, dans le cadre du redressement des finances publiques, est lourde à gérer pour les collectivités locales. Il est mené à un rythme important, ambitieux pourrait-on dire, et impose aux collectivités de faire des choix parfois difficiles.

Le système du rabot n’est pas le meilleur. C’est pourquoi nous attendons beaucoup de la réforme de la DGF et des dotations de solidarité. La réforme proposée n’était pas encore aboutie et a été repoussée à l’an prochain. Concernant les dotations de solidarité : la suppression de la DSU-cible dont permettra de limiter les effets de seuil. Nous verrons bien si Ermont profitera de la réforme, en tout cas il était nécessaire de simplifier le calcul des dotations et de les rendre plus justes. Une seconde étape tout aussi essentielle sera la révision des bases des impôts locaux qui servent aussi aux calculs des DGF.

Mais la baisse des dotations ne peut servir de prétexte à tout. Je rappelle que l’UMP en son temps a été le premier parti à réclamer des économies et à critiquer la gestion dispendieuse des collectivités. Et je rappelle qu’aujourd’hui encore M. Fillon, pour ne citer que lui, appelle à des économies autrement plus drastiques et à l’interdiction pour les collectivités d’augmenter les taux des impôts locaux. Voilà ce qui serait assassiner les collectivités.

A propos des hausses d’impôts votées à Ermont pour 2016, je me permets de rappeler à l’assemblée les écrits de la dernière campagne municipale où la gauche était accusée de tous les maux, notamment de réduire les déficits non par des économies de dépenses mais par des hausses d’impôts…

Les économies de dépenses impliquent de prioriser le budget et de faire des choix. Plusieurs fois nous avons dénoncé les coûts très élevés de certaines actions municipales : par exemple les coûts de fonctionnement des maisons de santé. Sans parler de l’étude circulation menée tambour battant en pleine campagne électorale l’an passé qui nous a coûté très cher pour peu de résultat.

aventure theatre ermontAinsi, vous ne pouvez pas justifier la fermeture planifiée du Théâtre de l’aventure autrement que par un choix politique. C’est là que vous avez choisi de faire des économies.

Les conséquences sont nombreuses : un nouveau quartier d’Ermont (Gros noyer) se trouvera démuni du lieu culturel, chaleureux et convivial qui l’anime, adapté à tous les publics y compris scolaires. Par ailleurs, les associations et les troupes de théâtre, de musique, de danse… qui utilisaient l’espace ne pourront plus exercer leurs activités. En effet, le théâtre Pierre Fresnay est déjà saturé. Il n’y a pas de « double emploi » comme vous l’écrivez et d’ailleurs lors du dernier Conseil municipal encore, l’Aventure était cité comme un élément essentiel de la culture à Ermont. Les associations utilisatrices ont-elles été consultées ?

La vente des équipements n’est pas une politique de long terme. Ce n’est pas la première fois que la commune ferme un équipement communal. En parallèle, Ermont augmente volontairement sa population, qui sera demandeuse de services publics et à terme cette politique pourrait nous coûter cher. Il faudra peut-être un jour reconstruire un équipement culturel ou éducatif, s’il reste un peu de foncier quelque part, et cela nous coûtera plus cher que si nous avions maintenu l’existant. Les Ermontois ont besoin de vie sociale. La culture et l’éducation sont les premières armes d’une démocratie.

Etant donné la floraison d’immeubles dans la ville, nous souhaitons savoir ce que prévoit le PLU, ou ce qu’il va prévoir, puisqu’il est en révision, concernant la parcelle du théâtre ?

Où pourront donc se tenir les pratiques amateurs et les activités associatives ou municipales ? Vous nous promettez un nouveau conservatoire – encore ! – qui comportera une grande salle. Vous nous avez déjà « baladé » le projet de nouveau conservatoire dans plusieurs endroits de la ville, avant d’y renoncer systématiquement.

Votre volonté de vendre le patrimoine « dont la réhabilitation est trop onéreuse » nous font craindre pour le stade Dautry. Comme d’autres équipements, il fait partie de notre histoire et de notre héritage.

Toujours concernant les équipements municipaux, nous souhaiterions avoir davantage d’information sur les structures qui seront concernées par les modifications horaires et sur les amplitudes concernées.

Enfin, dans ce contexte financier, la destruction du centre F. Rude est-elle une priorité ? Y a-t-il un problème de sécurité de l’ancien bâtiment ? Et si la destruction est programmée, qu’a prévu la mairie sur ce site ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *