Debout

Tribune publiée dans le journal municipal d’Ermont après les attentats de novembre 2015.

Des attentats meurtriers ont endeuillé Paris le 13 novembre dernier. A l’heure où nous rédigeons ce texte, un Ermontois pourrait figurer parmi les disparus.

Nos premières pensées vont aux victimes, à leurs proches ainsi qu’à tous ceux qui ont pu assister à ces terribles événements ou y intervenir comme agents publics. Notre premier sentiment est celui d’une infinie tristesse.

Ces actes de terreur nous rappellent que les hommes sont capables du meilleur, dans les domaines du sport ou de la culture par exemple, comme du pire. Ils nous rappellent aussi que, de l’autre côté de la Méditerranée, d’autres hommes vivent dans cet état de terreur au quotidien.

La sécurité est du ressort de l’Etat et nous avons confiance dans la qualité comme le courage de nos forces de l’ordre et de renseignement, même si le risque zéro n’existera jamais. Localement nous sommes prêts à travailler avec toutes celles et tous ceux qui ont à cœur de défendre la République, avec toutes les associations et tous les élus du conseil municipal d’Ermont sur ce sujet. La radicalisation et la montée des extrémismes nous interrogent et nous engagent à agir collectivement.

La réaction n’appartient pas seulement aux hommes politiques, elle doit avant tout venir des citoyens eux-mêmes et de leur mobilisation, pour que nos valeurs de tolérance et de vivre-ensemble soient plus que jamais vivantes. La République est un jardin collectif qui s’entretient quotidiennement avec passion et détermination, il ne vit pas d’eau, mais des apports de chacun, du goût pour le débat d’idées, de la volonté de participer, de la vigilance face aux haines, de l’envie de voter ou de se porter candidat.

Dans une société démocratique, la violence est un aveu de faiblesse. La force des baïonnettes est bruyante, mais elle n’est rien face à la volonté du peuple.

Nous ne pouvons apporter de meilleure réponse à ces actes que le rassemblement, la joie de vivre, la poursuite de la justice, la passion pour la démocratie et l’attention portée à notre prochain, quel qu’il soit. Mais aussi résister à la peur, à la tentation de chercher des victimes expiatoires et protéger nos libertés individuelles. La France n’est jamais aussi forte et vaillante que lorsqu’elle est agressée le plus durement. Regardons lucidement notre société, sans démagogie, sans invectives politiciennes, et reprenons confiance en nous, en fixant des objectifs clairs et partagés.

Parce que nous voulons tous que nos enfants n’aient pas à connaître les douloureux tributs de la guerre et du terrorisme. Nous voulons vivre en paix, ensemble, dans la dignité, comme des êtres humains, comme des hommes libres.

Alain FABRE, Raymond BOYER, Nicolas TCHENG, Thierry QUINETTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *